Imprimer

Conseil en développement international, relations publiques et politiques

Bouye Conseil

Conseil en développement international, relations publiques et politiques

Banniere de Bouye Conseil Contactez-nous

Adresse : 20 avenue de Messine 75008 PARIS

Tél. : 01 53 76 14 72

Plan d'accès

Parlez de nous :

Suivez-nous :

Notre activité

Une expertise des relations internationales au service de vos ambitions

Depuis plus de dix ans, les collaborateurs de Bouyé Conseil & Communication ont fait des relations internationales leur spécialité en accompagnant les acteurs économiques et politiques dans la réussite de leurs stratégies de développement, grâce à des compétences reconnues dans les domaines de la communication, de la gestion de l’information et du lobbying. 

La pertinence de leurs analyses et la justesse de leurs approches leur ont attiré la confiance de nombreux décideurs politiques et économiques à travers le monde. Ils s'appuient sur un réseau de contacts institutionnels et de personnalités référentes implantées sur place et qui ont une connaissance fine du contexte local. 

Chefs d’Etats, ministres, entrepreneurs et acteurs du monde des affaires apprécient la réactivité et la discrétion de ses équipes, qui sont le gage de leur confiance et qui ont fait la réputation de l'agence.

 

Actualités

22/12/2019

Challenges

La création d'un géant bancaire européen est-elle possible?

La fusion entre Deutsche Bank et Commerzbank souhaitée par l'Etat allemand semble moins facile que prévu. En cause: des syndicats réticents et une BCE favorable à un rapprochement transfrontalier. Il faut dire que face aux difficultés actuelles des banques européennes, certains en appellent à la création d'un véritable groupe bancaire paneuropéen.

Deutsche Bank, la plus grosse banque allemande, a annoncé le mois dernier être entrée en négociations pour racheter sa compatriote et grande concurrente Commerzbank. De cette union pourrait naître un "champion allemand" du secteur et le deuxième groupe bancaire de la zone euro avec 1.800 milliards d’euros d’actifs et 845 milliards en dépôts. Une manière de répondre au manque de rentabilité et aux difficultés croissantes des banques allemandes depuis la crise financière. En septembre 2018, Commerzbank, dont la capitalisation tourne autour des 10 milliards d’euros, a ainsi été évincée du DAX, le principal indice boursier allemand, dont elle est un membre fondateur. Dans le même temps, Deutsche Bank a bien failli perdre sa place dans l’indice EuroStoxx 50 alors que son cours de Bourse ne cesse de chuter depuis 2015. Quelques mois auparavant, elle avait également annoncé vouloir se séparer de 25% de ses effectifs dans la banque de financement et d’investissement, soit 7.000 collaborateurs.

Une fusion pas si simple

Outre-Rhin, les autorités qualifiaient ces difficultés de "problème" pour l’économie du pays et pour l’Europe, par la voix du ministre des Finances Olaf Scholz. Avant que l’Etat allemand, actionnaire à hauteur de 15% de Commerzbank, ait récemment donné son approbation pour que le rapprochement entre les deux banques s’opère. "C’est une bonne nouvelle, les autorités allemandes ont pris conscience du fait que le secteur financier est stratégique", se réjouit une personnalité du milieu bancaire français. Les pratiques anticoncurrentielles ainsi que les risques systémiques (le fameux "too big to fail") qui découlent de la création d’un tel mastodonte ne semblent pas inquiéter la classe politique : "Honnêtement, l’argument selon lequel une fusion créerait une institution financière d’une envergure systémique ne m’inquiète pas du tout", rapporte un haut responsable allemand, cité anonymement par le Financial Times, ajoutant qu’à la fois Deutsche Bank et Commerzbank étaient déjà trop grosses pour couler.

De leur côté, les syndicats allemands, Ver.di en tête, ont tiré la sonnette d’alarme : selon certains de leurs représentants, la fusion entre Commerzbank et Deutsche Bank pourrait entraîner la destruction de près de 30.000 emplois. Mais ce qui les inquiète le plus, c’est avant tout la capacité du nouveau géant à créer de la valeur et à perdurer. La fusion pourrait même générer de grosses pertes du fait de la redondance des clients entre les deux entités. Pour manifester leur opposition au projet, les syndicats ont donc prévu de se mobiliser dans plusieurs grandes villes du pays. Leur voix sera évidemment déterminante au cours des négociations dans la mesure où, en Allemagne, les syndicats tiennent une place capitale au conseil d’administration des grands groupes.

Source : Challenges

22/12/2019

Le Monde

La fin du franc CFA annoncée par Emmanuel Macron et Alassane Ouattara.
Le franc CFA sera remplacé par l’Eco et la réserve d’argent des Etats africains à la Banque de France sera supprimée.

09/07/2019

Les Echos.fr

L’économie recommence à créer des emplois. Le secteur marchand a créé 31.800 emplois au quatrième trimestre 2015. Une performance qui permet d’espérer une légère baisse du chômage. Les Français l’attendaient longtemps : il y a eu un mieux sur le front de l’emploi en fin d’année dernière. Selon l’Insee , le secteur marchand a créé 31.800 emplois au quatrième trimestre 2015 et 82.300 sur l’année. Secteur public et privé compris, l’économie française a créé 102.100 emplois au total sur l’année.

09/07/2019

Challenges

Air France-KLM: Delta et China Eastern prennent chacune 10% du capital.Air France-KLM a annoncé jeudi que Delta Air Lines et China Eastern allaient prendre chacune une part de 10% dans son capital dans le cadre d'un vaste accord visant à renforcer son partenariat avec ces deux compagnies ainsi qu'avec la compagnie britannique Virgin Atlantic.

09/07/2019

Les Echos

ArcelorMittal porté par la hausse du prix de l'acier
ArcelorMittal se classe en tête du CAC 40 lundi matin, porté, comme plusieurs autres valeurs liées aux matières premières, par la hausse des cours du minerai de fer et de plusieurs métaux de base.

Contacter Bouye Conseil

Vous
Votre message *

* Champs obligatoires